La préservation et la protection du noyau familial sont fondamentales pour les Frères. La conception d’un enfant est reçue comme une bénédiction de Dieu (Psaume 127, verset 3). Les enfants sont aimés et choyés comme dans toute communauté éclairée et les châtiments corporels ne sont pas pratiqués.

Le respect des anciens, des voisins, et de la communauté humaine au sens large, le respect des animaux et de la création (c’est-à-dire de l’environnement) est promu et enseigné comme un des grands principes de la vie. L’instruction dispensée place une réelle emphase sur ce principe, que ce soit à la maison ou à l’église.

Les enfants restent et vivent à l’intérieur du noyau familial jusqu’au mariage, celui-ci le plus souvent avec un autre membre de l’église, généralement entre vingt et vingt cinq ans. Le caractère sacré des voeux du mariage est maintenu et bien ancré dans nos convictions.

Il est très rare de se marier adolescent.

Au contraire, on insiste sur la maturité, la compatibilité, l’équilibre, le respect et la loyauté. De ce fait le mariage est une relation durable qui apporte de la satisfaction. On peut donner et recevoir des conseils quand c’est nécessaire.

Nous estimons qu’au sein de la famille, l’unité à propos des buts à atteindre constitue un objectif primordial. L’époux est considéré comme le principal créateur de ressources et on s’attend à lui pour maintenir la stabilité dans le foyer et faire face aux besoins matériels. L’épouse a la responsabilité de prendre soin de son mari et de ses enfants. De nombreuses épouses et mères participent à la gestion de l’entreprise familiale, et leur soutien et leurs conseils sont très appréciés.

La place des femmes dans l’Église est très importante, notamment par leur engagement et leur participation directe dans la Cène du Seigneur (la Sainte Communion), et par leur choix lorsqu’elles annoncent les cantiques qui sont chantés lors de chaque réunion. Elles sont libres de poser des questions et de prendre part si elles le jugent bon, lors de tous les entretiens bibliques.